Se rendre directement au contenu principal / Go directly to main content

Menu de cette page : / This page’s menu:

» Accueil → Tous les événements
Résultats par page : 5 | 10 | 20 | 50
Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | »
Proposer une manifestation

  Le 08 mai 2008
Arte

Benny Levy

A l'occasion du 40e anniversaire de Mai 68, Arte proposera une programmation spéciale
Jeudi 8 mai à 22h55 : Benny Levy, film documentaire d'Isy Morgenstern

  Le 08 mai 2008
Emissions radio

Mai 68 à l'ORTF et Benny Lévy

France Culture :

du lundi 5 mai au vendredi 9 mai :
- 09:05 LA FABRIQUE DE L'HISTOIRE
Mai 68 à l'ORTF - une série de cinq documentaires d'Amélie Meffre, Emmanuel Laurentin et Renaud Dalmar, avec l'aide de Camille Albrieux.

et le jeudi 8 mai :
- 10:00 LES HUMANITES:  UNE VIE, UNE OEUVRE
Benny Levy (1945-2003) par Simone Douek
Avec : Jacques Theureau, ingénieur, membre de la Gauche prolétarienne, ancien " établi ", par Alain Finkielkraut, Gilles Hanus, professeur de philosophie, directeur des "Cahiers d'études lévinassiennes", René Levy, professeur de philosophie, directeur de l'Institut d'études lévinassiennes, fils de Benny Levy
À l'École normale supérieure de la rue d'Ulm, qui est un foyer d'idées en ébullition, Benny Lévy met en fiches les trente-six volumes de Lénine, à la demande d'Althusser qui lui fait découvrir, dit-il, le pouvoir des textes. Nous sommes en 1966. Il est membre de l'Union des jeunesses communistes marxistes-léniniste (UJCML), qui sera interdite en juin 68, et dont naîtra en octobre 68 le mouvement de la Gauche prolétarienne (GP).
Benny Lévy est un un juif du Caire qui émigre en 1956, dans cette deuxième vague de sortie d'Egypte qu'impose aux juifs apatrides le régime de Nasser. Et si le militantisme politique qui l'anime lui fait tenir un rôle important comme chef de la Gauche prolétarienne, en rendant une sorte de sentiment d'appartenance à sa qualité d'exilé, les années qui suivent la dissolution de la Gauche prolétarienne (novembre 1973) le voient changer totalement d'horizon. Alors qu'il affirmait que " tout est politique ", Benny Lévy en viendra à dire, plusieurs années plus tard, après des rencontres décisives comme celles de Sartre et de Lévinas, que la politique est " l'empire du rien ". Trajet tout à fait singulier après mai 68, de cet homme qui se met alors à étudier l'hébreu et le Talmud.
C'est le processus et le parcours de cette transformation, du Caire à Jérusalem (où il fonde en 2000 avec Alain Finkelkraut et Bernard-Henri Lévy l'Institut d'études lévinassiennes), en passant par Bruxelles, Paris et Strasbourg, qu'Une vie, une oeuvre se propose de suivre.
Avec la voix de Benny Levy, archives INA
Réalisation : Dominique Costa

  Le 09 mai 2008 - Paris
Débat

Mai 68 et ses vie ultérieures

Les lundis du Lucernaire et des Amis du  Monde diplomatique

Le lundi 9 mai à 18 h 30, au Théâtre du Lucernaire, 53, rue Notre-Dame-des-Champs, débat autour de l’ouvrage de Kristin Ross : Mai 68 et ses vie ultérieures
Débat avec l’auteur. (Tél. : 01-42-22-26-50. Entrée libre dans la limite des places disponibles.) 

http://www.amis.monde-diplomatique.fr/article852.html

Catégorie : Débats - Paris

  Le 09 mai 2008 - Rodez
Rencontre

Un autre mai

Depuis maintenant plusieurs mois, tout le monde ne parle que de mai «68» et de la révolution qui a suivi. L'Aveyron, bien sûr, n'a pas été épargné. Alors, quarante après, deux, avec bien d'autres, des « animateurs de mai "68" » - comme ils se définissent eux-mêmes - ont décidé, le 9 mai prochain, d'organiser une réunion pour évoquer cette période . Il s'agit de Jacques Sérieys et Jean Malié. À l'époque, le premier était âgé de 17 ans et participait au comité d'action lycéen. Le second, avant de devenir l'actuel représentant de la Ligue des droits de l'Homme dans le département et l'un des porte-parole des réfugiés, était un salarié, adhérent au PSU et déjà militant au sein de nombreuses associations, dont le Mouvement français pour le planning familial.
Tout a commencé le 21 mai avec une réunion au Faubourg organisée par la convention des institutions républicaines, organisme auquel participaient des gens de tout bord politique », se souvient Jacques Sérieys qui a écrit un livre sur « Mai 1968 en Aveyron . Occupations de tous les lycées du département, grève dans les usines, manifestations soutenues par les agriculteurs emmenés par Raymond Lacombe… Nous avions toujours dit que nous aspirions à un autre monde pour tous. À partir de là, les choses se sont enchaînées à vitesse grand « V ». Occupations de tous les lycées du département, grève dans les usines, manifestations soutenues par les agriculteurs emmenés par Raymond Lacombe… « Nous avions toujours dit que nous aspirions à un autre monde pour tous. Ce qui explique la solidarité qui s'est mise en place autour du mouvement lycéen », explique Jacques Sérieys quand Jean Malié assure : « On discutait beaucoup dans une ambiance décontractée. C'est pour cela qu'aujourd'hui encore, le mois de mai "68" en Aveyron paraît intéressant ». Quatre décennies plus tard, les deux hommes ne regrettent rien. « Si c'était à refaire ? Sans problème. Mais il faudrait une sortie plus réussie », estime Jean Malié. Un avis partagé par Jacques Sérieys qui, depuis, appelle de ses vœux « une force politique qui porte les revendications de "68" ». Vu la situation actuelle, ils affirment, en dépit d'un « individualisme forcené », qu'une telle révolution est « à nouveau possible ». René Duran, alors ouvrier, refuse de combattre en Algérie et se cache à Paris. Il loge avec Pierre Goldman et devient moniteur auprès des jeunes du bidonville de Nanterre. Il revient à Rodez et crée avec Jacques Serieys, Jean-Louis Chauzy, Francis Jouve et Luis Baro, « Le Pavé » dont le nom signe leur solidarité avec Che Guevara et le front national de libération vietnamien.
Dans « Rodez en Révolution », seule contribution provinciale de l'imposant ouvrage collectif « La France des années 1968 » (éditions Syllepse, 900 pages, 30 €), Jacques Serieys, alors lycéen, relate les événements de mai 1968 à Rodez. René Duran, Jacques Serieys, Annie Zanchetti, Marie-Jo Vittori, Claude Frayssinet, Violette Aza, Jean Malié, Raymond Thomas, Martine Gimenez font partie de ces acteurs de mai 1968 en Aveyron où plusieurs lycées sont occupés et autogérés. L'apogée du mouvement se situe les 29, 30, 31 mai et 1er juin avec une prolifération de comités d'action cantonaux et communaux. Ce n'est qu'à regret que les grèves s'arrêtent peu à peu. « Comme mouvement politique, nous prenons conscience de la défaite ». Une semaine de réflexion sera organisée du 21 au 26 juillet 1968. Et plusieurs jeunes du mouvement s'engageront en politique…

La réunion organisée par le Collectif "68" se déroulera le mardi 9 mai, à la salle des fêtes de Rodez. Deux temps sont prévus. Un échange entre les organisateurs et la salle afin d'évoquer les souvenirs de ceux qui ont vécu cette période et les éventuelles questions des plus jeunes. Ensuite, à partir de 20h30, différents intervenants prendront la parole lors d'un débat autour des événements avec diffusion de documents d'époque.
Catégorie : Débats - Rodez

  Du 09 mai 2008 au 10 mai 2008 - Paris
Colloque

Le PSU en mai 68

Colloque sur le rôle du PSU et des étudiants du PSU en mai 68

A l'initiative de l'association des Amis de Tribune Socialiste (ex. PSU), à Paris - Mairie du 3ème, 
les vendredi 9 et samedi 10 mai 2008

Contact : Roger Baralis, militant PSU et dirigeant de l'UNEF en mai 68
Tél. 01 46 32 56 65

 

  Du 09 mai 2008 au 31 août 2008 - Dole
Exposition

Affiches de l'Atelier populaire des beaux-arts

Musée des beaux-arts de Dole, 85, rue des Arènes, Dole. Du 9 mai au 31 août.
Sur Internet : www.musees-franchecomte.com.

Et aussi à la Médiathèque de Tulle, 36, avenue Alsace-Lorraine,du 29 avril au 29 mai (voir cet agenda)

  Le 10 mai 2008 - Paris
Projection-débat

Grands soirs et petits matins

Samedi 10 mai à 20h30 : Projection/débat/anniversaire sur mai 68 au local parisien de la CNT : 33 rue des Vignoles, Paris 20ème, métro Avron ou Buzenval.

 Grands soirs et petits matins

William Klein filme au jour le jour des assemblées, débats improvisés, barricades, bagarres de rues, palabres, utopie en marche, résignation, malentendus. Ce documentaire est une passionnante chronique qui allie la chaleur lyrique du "direct" au recul ironique et critique. Filmé en noir et blanc, caméra au poing, c'est le document le plus précieux, le plus juste et le plus troublant sur ces évènements historiques. Des facs jusqu'aux usines, des AG aux barricades... l'Etat, la hiérarchie et le capitalisme sont contestés par des millions de grévistes, étudiants et salariés. Garçons de café, retraités, illuminés, immigrés, ménagères, étudiants, syndicalistes, touristes des beaux quartiers, cadres en mal de conscience, enragés de tous poils et de toutes tendances forment partout des tables rondes ambulantes... Pavés de bonnes intentions, rumeurs et révélations, rêves et discours les plus fous, analyses correctes et aberrantes, coups de théâtre, complots, confessions, crises de conscience, tripes et psychodrames...
www.cnt-f.org/fte

Débat :
Quelques idées :
Sommes-nous tous des soixantes-huitard-e-s ?
Quels sont les acquis et les échecs de 68 ?
Quelles leçons pouvons nous tirer de ce mouvement ?
Qu'est-ce qu'être révolutionnaire aujourd'hui ?

  Le 10 mai 2008 - Paris
Projection/débat

Anniversaire Mai 68 à la CNT

Samedi 10 mai 2008  à 20h30 : Projection/débat/anniversaire sur mai 68 au local parisien de la CNT : 33 rue des Vignoles, Paris 20ème, métro Avron ou Buzenval.
FILM : Grands soirs et petits matins, de William Klein
DEBAT : Quelques idées : Sommes-nous tous des soixantes-huitard-e-s ? Quels sont les acquis et les échecs de 68 ? Quelles leçons pouvons nous tirer de ce mouvement ? Qu’est-ce qu’être révolutionnaire aujourd’hui ?
Organisé par la CNT STE 92.

  Le 10 mai 2008 - Paris
Festival

68-Libérations

Dans le cadre du FESTIVAL des RESISTANCES et des ALTERNATIVES de Paris du 30 avril au 13 mai 2008
Sam 10 mai :
Action avec Collectif Contre le Publisexisme, 14h RDV 14h place de Châtelet
et
68 - Libérations, 14-22h La Petite Roquette, 6 rue Saint Maur, M° Voltaire
   Expo CCP 'Paysage du sexisme ordinaire' de S. Travaglianti et 'revues militantes'
- 14h, (à partir de) "La lutte oui, la fête aussi!", atelier jeux avec la Mare Aux Diables
- 15h, Jonas qui aura 25 ans en l'an 2000 d'Alain Tanner, 1976, 110min
- 17h Débat 'La révolution (liberation) sexuelle a-t-elle eu lieu? Quelles libérations, pour
   quel sexe et quelle sexualité?' avec CCP, JCarpentier auteur d'" Apprenons à Faire l'amour
   " 1971, Michèle de maison des femmes. Lecture "filles de mai". Diaporama pub sexualité.
- 18h30 Repas.
- 19h Alice's restaurant, Arthur Penn, 1969, 106 min
- 20h45 Débat 'Esprit communautaire, nouvelle forme en 2008, cohabitat', avec  Artemisia (communautés  
   Cevennes 68), Longo Maï, Dallas, squatteurs…
 


  Du 10 mai 2008 au 26 mai 2008 - Paris
Projections/débats

Passé Composé : Depuis Mai 68

À l'occasion du quarantième anniversaire des événements de Mai 68, l'Institut national de l'audiovisuel et le Théâtre de l'Odéon, lieu important dans la géographie de ce mouvement, souhaitent faire entendre, au delà des brouillages, les résonances de ce temps fort de l'histoire de France et du monde.

Samedi 10 mai
France Culture en direct du Théâtre de l'Odéon Direct radio
de 9h à 17h
«Mai 68 - Mai 2008 : France Culture occupe l’'Odéon»
Avec François Angelier, Monique Canto-Sperber, Jean-Claude Casanova, Michel Ciment, Jean-Marie Colombani, Alain Finkielkraut, Jean-Noël Jeanneney, Frédéric Mitterrand.
Pour en savoir plus sur le site de France Culture ...
Théâtre de l'Odéon - Studios Gémier et Serreau
entrée libre dans la limite des places disponibles.

Du 10 mai au 21 juin
Fréquence 68 Installation
Fais attention à tes oreilles, elles ont des murs.
(slogan relevé à Censier)
Source d’information et de désinformation, la radio a joué pendant mai 68 un rôle extrêmement important. L’Ina a puisé dans ses archives et la «chasseuse de sons» de France Inter, Caroline Cartier, en a fait des chroniques sonores.
Installation sonore permanente au Théâtre de l’Odéon dans les studios Serreau et Gémier.
Entrée libre de 15h à 19h

Samedi 10 mai
La célébration médiatique Atelier de la pensée
de 18h à 20h15
À bas les journalistes et ceux qui veulent les ménager.
(slogan relevé à la Sorbonne)
Quelle image, quelles images de mai 68 les médias ont-ils véhiculées pendant et après les événements au fil des anniversaires ? Quelle perception en ont eue ceux qui n'étaient pas présents sur les territoires occupés par la révolte ? Quelle carte sociologique, politique, ou imaginaire le regard des médias a t-il dessiné ?
Plateau d'invités, animé par Laure Adler et diffusion de documents audiovisuels de l'Ina avec Guillaume Durand (journaliste), Jean-Pierre Filiu (professeur à Science Po, auteur de Mai 68 à l'ORTF), André Gattolin (directeur de la rédaction d'«Empreintes de Mai» hors-série de MédiaMorphoses, ancien directeur du développement et des études de Libération), Pierre Haski (journaliste, fondateur de Rue89), Marie-José Mondzain (philosophe).
En partenariat avec le hors-série de MédiaMorphoses (Éditions Ina).
Théâtre de l'Odéon - Grande salle
entrée libre sur réservation : present.compose@theatre-odeon.fr - 01 44 85 40 44

Samedi 10 mai
«... et si les fourmis n'étaient rien sans les cigales...» Conférence
à 21h
conférence sur l'économie par Emmanuelle Béart d'après des textes de Bernard Maris,
adaptation et mise en espace de Bérangère Bonvoisin
"Voici le temps venu d'affirmer que l'inutile crée de l'utilité, que la gratuité crée de la richesse, et que l'intérêt ne peut exister sans le désintéressement".
Coproduction Odéon-Théâtre de l'Europe, France Culture
Retransmission en direct sur France Culture
Théâtre de l'Odéon - Grande salle
Tarifs de 5€ à 12€, Réservation : theatre-odeon.fr - 01 44 85 40 40 - fnac.com

Mardi 13 mai
Écrire Mai 68 ouvrage collectif (Éditions Argol) Lectures et rencontre à 18h
Avec Emmanuel Adely, Jean-Pierre Faye, Jacques Serena.
« Mai portait en puissance les énergies nécessaires à lever les interdits qui empêchaient de faire littérature de l'Histoire, du corps social, du sujet et du réel, mais les idéologies et les théories encore en vigueur ont longtemps retenu les oeuvres qui en traiteraient d'advenir. C'est de ces contradictions, de cette tension, de ces frictions, qu'une autre littérature est née, riche de cela même qui l'empêchait. » (extrait de la préface de Dominique Viard).
En partenariat avec les éditions Argol.
La rencontre sera suivie d'une signature avec les auteurs.
Théâtre de l'Odéon - Petit Odéon
entrée libre sur réservation : present.compose@theatre-odeon.fr - 01 44 85 40 44

Lundi 19 mai
Théâtre et Cinéma, les frictions de Mai 68 Atelier de la pensée
de 18h à 20h
Ne nous attardons pas au spectacle de la contestation, mais passons à la contestation du spectacle.
(slogan relevé à l'Odéon)
Des Paravents (1966) à Vilar en Avignon (juillet 1968) en France et dans le monde les acteurs de l'art sont en ébullition. Le théâtre, espace de paroles, est à une place centrale, il est aussi violemment contesté. On assiste à la naissance d'une nouvelle génération de metteurs en scène (déclaration de Villeurbanne) et de cinéastes qui s'affirment affranchis et en rupture. D'autres, comme Pasolini appuient non pas les étudiants lanceurs de pavés, mais la police : «Ce sont eux, les vrais ouvriers !», considérant que les étudiants sont des enfants de bourgeois qui protestent pour la forme.
Plateau d'invités introduit par Olivier Py animé par Laure Adler et diffusion de documents audiovisuels de l'Ina avec Robert Abirached (historien du théâtre), Marie-Ange Rauch (auteur de Le Théâtre en France en 1968, crise d'une histoire, histoire d'une crise), Jack Ralite (sénateur, compagnon de route de Jean Vilar), Hervé Le Roux (réalisateur, notament de Reprise). (en cours)
Théâtre de l'Odéon - Grande salle
entrée libre sur réservation : present.compose@theatre-odeon.fr - 01 44 85 40 44

Lundi 19 mai
Événements texte inédit de Didier-Georges Gabily Lecture à 21h
Avec Ulla Baugue, Catherine Baugue, Gilbert Beugnot, Frédérique Duchene, Elisabeth Doll, Bernard Ferrera, Patrick Fontana, Franck Frappat, Frédéric Leidgens, Jean-François Sivadier, Xavier Tavera, Nanténé Traore.
Adolescent en 1968, Didier-Georges Gabily revient vingt ans après sur ce qui a pu faire événement au niveau social et intime. Différents lieux, scènes, récits, situés en 1968 et en 1988, s'entremêlent dans une sorte de champ d'épandage qui porte l'empreinte des révoltes passées et des illusions perdues.
Théâtre de l'Odéon - Grande salle
entrée libre sur réservation : present.compose@theatre-odeon.fr - 01 44 85 40 44

Lundi 26 mai
Imaginaire subversif Atelier de la pensée
de 18h à 20h30
Changez la vie, donc transformez son mode d'emploi.
(slogan relevé rue Rotrou)
Où est la révolte aujourd'hui, comment s'exprime le refus, la résistance, la recherche
d'un autre monde ?
Plateau d'invités, animé par Laure Adler et Jade Lindgaard et diffusion de documents audiovisuels de l'Ina.
avec Keny Arkana, France (artiste de rap, auteur d'un documentaire sur l'altermondialisme), Mathieu Potte-Bonneville, France (philosophe, co-fondateur de la revue Vacarme), John Jordan, Grande-Bretagne (créateur de Reclaim The Streets), Naomi Klein, Canada (auteur de No Logo et de La Stratégie du choc).
Théâtre de l'Odéon - Grande salle
entrée libre sur réservation : present.compose@theatre-odeon.fr • 01 44 85 40 44

mai - juin
Un état de marche et de pensée Cinéma
De mai à juin, chaque semaine, la programmation du Mk2 Hautefeuille souhaite révéler progressivement, à même les films, la forme mouvante d'un état de marche et de pensée. Certains films conservent à l'évidence une empreinte directe de 68 ou des années qui suivent, mais nos choix se portent davantage sur une dynamique interne que sur un aspect illustratif. Autrement dit, notre sélection est avant tout placée sous le signe d'un présent qui travaille, et ce, quel que soit le moment historique du film. Présence mémorielle, sans doute, mais aussi, donc, invention du cinéma "tout court" que tente de mettre en lumière cette programmation animée d'énergie et de mélancolie, guidée par la conception d'une construction imaginaire travaillant les rapports au monde.
À partir du 30 avril - le week-end en matinée
Calle Santa Fe (2007) de Carmen Castillo
Batalla en el cielo (2005) de Carlos Reygadas
Lundi 5 mai - 2 séances en soirée 20h et 22h
The Take (2007) d'Avi Levis et Naomi Klein
À partir du 7 mai - le week-end en matinée
Le Brahmane du Komintern (2007) de Vladimir Leon
Vent d'est (1969) groupe Dziga Vertov
À partir du 14 mai - le week-end en matinée
On appelle ça le printemps (2001) d'Hervé Le Roux
Ce vieux rêve qui bouge (2001) d'Alain Guiraudie
Jeudi 22 mai - séance unique en soirée à 19h30
Route One USA de Robert Kramer
À partir du 28 mai - le week-end en matinée
Les baisers de secours (1989) de Philippe Garrel
J'entends plus la guitare (1991) de Philippe Garrel
À partir du 4 juin - le week-end en matinée
À mort la mort (1999) de Romain Goupil
Le pornographe (2001) de Bertrand Bonnello
À partir du 11 juin - le week-end en matinée
La société du spectacle (1973) de Guy Debord
L'état du monde (2008) film collectif de 7 cinéastes contemporains
À partir du 18 juin - le week-end en matinée
De bruit et de fureur (1988) de J.-C. Brisseau
Sur la piste (CM) de Julien Samani
Été 2008
Route One USA de Robert Kramer
La commune (2000) de Peter Watkins

Manifestation organisée par l'Odéon-Théâtre de l'Europe http://www.theatre-odeon.fr/fr/the_season/present_continuous/accueil-p-688.htm
avec l'Institut national de l'audiovisuel (http://mai68.ina.fr )
en partenariat avec France Inter, France Culture, Actes Sud, mouvements.info, MédiaMorphoses (Éditions Ina), France 2, evene.fr

Aller à la page « | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | »